written by eskis

Du Ritz au Citizen M en passant par Mercure et Hilton, rares sont les acteurs hôteliers qui restent indifférents à la vague connectée. Et pourtant, qu’ils soient pragmatiques ou simplement ludiques, les nouveaux équipements high-techs dans lesquels investissent les hôtels ne font pas nécessairement l’unanimité des hôtes.

À quoi ressemblerait un séjour dans un hôtel qui cumulerait toutes les dernières innovations branchées ? 

 

Épisode 1 : Nouveau Monde

 

Accueil du Citizen M de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle

 

« Bonjour Monsieur et Madame K. »

C’est avec un sourire radieux que Mathieu et Chloé sont reçus dans le lobby de l’hôtel super connecté où ils vont passer le week-end.

« Comment savent-ils que c’est nous ? » interroge Chloé, mi-charmée mi-flippée de cet accueil personnalisé.

« C’est avec mon smartphone, ils reçoivent une alerte lorsqu’on arrive, la classe non ? »

 

Un mouvement de main oriente le couple désorienté par l’absence de comptoir vers une borne de self check-in. Celle-ci est clairement moins souriante que l’hôtesse, mais néanmoins très efficace.

Mathieu retire la carte de leur chambre en moins de deux minutes. Ce sésame leur conférera de multiples pouvoirs pendant tout le week-end. Ils auront non seulement la joie de pouvoir déverrouiller la serrure connectée de leur chambre, mais également de payer leurs consommations au bar ou leurs souvenirs à la boutique en ayant l’impression jouissive de ne rien dépenser.

L’objet en poche, ils se dirigent vers l’ascenseur. Derrière eux l’hôtesse, bien heureuse de sous-traiter les démarches administratives à sa cyber-collègue, renseigne déjà l’arrivant suivant.

L’ascenseur se referme sur Chloé et Mathieu et décolle sans avoir reçu la moindre instruction de la part du couple amusé. Il s’arrête à l’étage de leur chambre, enfin selon toute vraisemblance, puisque l’écran sur le palier affiche « M. et Mme K., chambre 117 ».

« Tu nous as amenés à l’hôtel de Big Brother ? ». Chloé est davantage branchée cabane dans les arbres que cyber-hôtel, mais lorsqu’ avant de réserver, Mathieu lui avait fait visualiser la chambre à 360° dans un masque de réalité virtuelle, il l’avait convaincue sans mal d’y séjourner.

 

 

  Chambre d’hôtel personnalisée My Concept Room

 

Chloé et Mathieu courent presque dans les couloirs en suivant les directions de la signalétique personnalisée. Ils sont particulièrement impatients de se jeter sur le lit intelligent qui promet de s’adapter à leur positions et températures pendant leur sommeil. « Bip », la chambre s’est ouverte au passage de la carte. Ils sont surexcités. Dans un souffle souple, la porte s’est refermée et tandis que Chloé s’inquiète de comprendre si elle s’est auto-verrouillée ou non, Mathieu a jeté l’intégralité des bagages sur le sol et s’émerveille tel un enfant qui voit tomber la neige pour la première fois. La musique qui s’est graduellement mise en route à leur entrée résonne comme dans une salle de cinéma. « La BO d’Avatar » il l’avait justement écoutée en boucle dernièrement.

« Tiens c’est ta chanson… ce n’est pas un hasard j’imagine ? »

Mais Chloé ne prête pas attention à l’explication rationnelle de la magie musicale, elle a posé les mains sur le moodpad et n’est pas prête de le lâcher : ambiance fête, relax, romance, business ou cinéma, elle teste tout. Ils font l’inventaire des options : la couleur de l’éclairage, la diffusion d’arômes dans l’air, la fermeture des rideaux.

« Attends, si tu cliques en continu, tu peux faire bugger les rideaux ? »

 

    Salle de bain de la Senses Room de Francis van de Walle

 

Dans un soupir, Chloé cède la tablette à Mathieu et s’aventure dans la salle de bain. Tout en se recoiffant, elle consulte la météo du lendemain et son horoscope sur le miroir :

« Sagittaire : en amour laissez-vous surprendre par les initiatives de votre bien-aimé… » Chloé se retourne dans un sursaut, l’eau vient de se mettre à couler à gros bouillons dans la baignoire, elle a dû appuyer quelque part sans faire exprès…

« Mat, je crois qu’il y a un problème avec la baignoire ! »

« C’est pour toi ma chérie, je viens de le faire couler depuis la tablette, il va s’arrêter tout seul et ce sera la température idéale ! »

« Ah oui ? En tous cas l’eau est violette… »

« Ah ok, ça doit être dans le programme d’éclairage Romance »

Chloé s’apprête à profiter de son bain violet dans la salle d’eau aux allures de vaisseau spatial. Par acquis de conscience, elle coupe au préalable la télé du miroir :

“Télécran : Off. On ne sait jamais”

Quelques minutes de sérénité s’écoulent, pendant lesquelles Mathieu contemple le ciel qui défile au dessus du lit, des millions de pixels célestes dont il admire le réalisme. Il se félicite d’avoir commandé des oreillers supplémentaires en option dans la réservation. Demain matin, il pourra apprécier de se réveiller dans une pâle lumière d’aube artificielle, avec l’odeur bien réelle de la cafetière qui se mettra automatiquement en route : “L’internet des objets”, une sorte de télépathie entre le smartbed et la cafetière qu’il est impatient d’observer.

Lorsque Chloé sort de son bain multisensoriel, Mathieu vient d’enfin se décider sur le tableau à afficher dans le cadre face au lit. Ce sera “le château dans le ciel” de Magritte. Il y avait un paquet de chefs-d’œuvre possibles, mais celui là, il est certain que Chloé l’aime bien. En technologie ambilight, le tableau émet une légère lumière colorée autour de son cadre et semble flotter dans la pièce, c’est presque mieux qu’en vrai.

Saisissant à son tour la tablette, Chloé explore les possibilités de prolonger son programme de bien-être. Un tchat’ de quelques minutes avec une intelligence artificielle fort compréhensive l’amène à prendre un rendez-vous au spa dans l’heure qui suit. Mathieu de son côté se réjouit d’avoir du temps pour flâner dans l’hôtel.

 

TO BE CONTINUED…